IN SITU CREVOUX 2021

Installation en treillis métallique, réalisé pour le « parcours de fées » à Crévoux, en Juin 2021.

Avec Maximilien Renard et Reine Perrin Cocon.

Entre « Astérix » le tourneur de toupies du village, « André » le Berger à qui l’on emprunte le niveau à bulle, Yves qui nous paye des bouteilles de luxe, Erik qui nous lead, les jongleurs que nous sommes n’ont pas vraiment la vie dure.

Les acteurs du « parcours des fées » de cette année étaient Florian Carro, Kim Cao avec Kiona, Simon Leclerc, Hynek Skoták et Tereza Hola Socharka, Maximilien Soullier avec Maximilen Renard et Reine Perrin Cocon.

Un immense merci de l ‘accueil reçu par toute cette petite vallée de Crévoux. Dans l’immensité de la montagne.

Homme végétal.

homme végétal-17.jpg

Sculpture et dessin original d’un homme végétal, la pierre de Villebois est dure et résiste dans le temps. Ce mascaron est destiné à orner le dessus d’une porte. Ces figures mi humaine mi monstre sont aussi utilisées pour effrayer et repousser les mauvais esprits .

« Il ne s’agit plus seulement d’expressions poétiques ou éloquentes ; ce sont de véritables et profondes affinités qui sont senties entre le corps humain et les végétaux – au reste feuillus plutôt que fleuris. »Danièle Aubriot.

homme végétal-21.jpg
homme végétal-22.jpg
homme végétal-19.jpg
homme végétal-4.jpg
homme végétal-2.jpg

L’homme-végétal : métamorphose, symbole, métaphore

« Pour honorer le maître et l’ami qui vint étendre le Jardin philosophique aux prairies herbues de la religion grecque, il ne semble pas déplacé de se pencher sur les rapports que l’homme entretient avec la végétation. Ils occupent en effet une place de choix dans plusieurs domaines hautement révélateurs de la « pensée » grecque : la mythologie, la littérature, et bien entendu la religion, qui subsume le tout. Certes, depuis les Psaumes de David jusqu’aux « jeunes filles en fleurs » de Proust en passant par l’Oraison funèbre de Madame par Bossuet ou la rose de Fontenelle sans oublier les poèmes de Ronsard, tous les genres, toutes les époques ont comparé la vie éphémère de l’homme à celle d’une fleur. Cependant, quand il s’agit de la Grèce, cette relation prend une autre dimension : il ne s’agit plus seulement d’expressions poétiques ou éloquentes ; ce sont de véritables et profondes affinités qui sont senties entre le corps humain et les végétaux – au reste feuillus plutôt que fleuris. » livre Kêpoi,   extrait de Danièle Aubriot.

Un grand merci à l’entreprise Kalithos qui a amené et soutenu le projet, et la réalisation.